Assainissement individuel : qu'est-ce que c'est ?

Un assainissement individuel est un système de collecte et de traitement des eaux usées d’une habitation. Ces systèmes sont mis en place dès lors qu’un raccordement au réseau de collecte des eaux usées n’est pas réalisable. Une maison trop isolée par exemple va recourir à ce type d’installation pour être aux normes. Ce sont des obligations légales auxquelles chaque maison individuelle doit se plier sous peine d’amende.

L’assainissement individuel est également appelé assainissement non collectif (ANC). Nous avons rassemblé ici toutes les informations à connaître concernant l’assainissement individuel autonome.

Définition de l’assainissement individuel

L’assainissement individuel regroupe l’ensemble des systèmes de filtration et de traitement des eaux usées générées par une habitation dès lors qu’un raccordement au réseau d’eaux usées collectif n’est pas réalisable.

Comment faire l’assainissement individuel dans sa maison ?

La mise en place d’un système d’assainissement individuel doit être confiée à un professionnel connaissant l’ensemble de la réglementation et pouvant tester la bonne mise en place et le fonctionnement de l’ensemble du système.

La mise en œuvre et le bon fonctionnement de l’installation devront également être contrôlés par un organisme public appelé le SPANC.

Le SPANC (Service Public d’Assainissement Non Collectif) est un organisme public qui va contrôler la bonne mise en œuvre de ces installations. Le SPANC va contrôler la collecte au rejet des eaux usées. Des contrôles réguliers sont obligatoires ou bien en cas de vente immobilière. Mairies ou communautés de communes sont les organismes dont dépend le SPANC.

Un fonctionnement en 6 étapes

Un assainissement individuel autonome va fonctionner en plusieurs étapes qui dépendront du type d’assainissement individuel choisi.

Concernant une fosse toutes eaux, voici les principales étapes :

  1. Collecte des eaux usées de la maison individuelle
  2. Déversement dans la fosse toutes eaux
  3. Prétraitement dans la fosse toutes eaux
  4. Evacuation des gaz générés par la fosse
  5. Traitement des eaux par le sol (naturel ou reconstitué)
  6. Rejet des eaux dépolluées

Comment entretenir ce type d’assainissement ?

L’entretien d’une installation d’assainissement individuel doit être fait de façon régulière afin que tout fonctionne correctement. Cet entretien se compose :

  • Du nettoyage du regard de collecte 1 à 2 fois par an
  • Manœuvre de la vanne d’arrêt 1 à 2 fois par an
  • Vidange totale de l’installation tous les 4 ans
  • Nettoyage et test, voire remplacement des composants de l’installation 1 fois par an

Les entretiens de fosse septique sont souvent délégués par contrat de maintenance à une entreprise spécialisée.

Quels sont les différents types d’assainissements individuels autonomes et comment les choisir ?

Si vous devez faire installer un système d’assainissement individuel, sachez qu’il en existe de plusieurs sortes. En effet, il y a la classique fosse toutes eaux ou bien un filtrage et un traitement par phyto-épuration ou bien encore une microstation d’épuration.

Pour savoir quels sont les fonctionnements et avantages de ces 3 types d’assainissement, nous avons rassemblé ci-après les informations nécessaires.

La classique fosse toutes eaux

Une fosse toutes eaux collecte les eaux usées d’une maison, ces dernières sont composées des eaux grises issues de la salle de bain, de la cuisine, de la machine à laver et des eaux vannes qui elles sont rejetées par les toilettes.

La fosse septique quant à elle ne va collecter que les eaux-vannes.

L’intérieur d’une fosse toutes eaux va se compartimenter en deux parties principales. Un premier sas appelé débourbeur va permettre la décantation des eaux usées, la seconde partie appelée dégraisseur, va permettre aux graisses en suspensions dans l’eau de s’agglomérer en surface.

Le choix de l’écologie avec un système de phyto épuration

Dans un système de phyto épuration, les eaux usées (grises + vannes) vont passer successivement dans deux types de filtres. Le passage des eaux usées à travers du charbon, du sable et les racines des plantes va permettre l’assainissement grâce aux bactéries présentes dans les racines des plantes.

Le premier filtre est vertical, des roseaux y sont plantés, puis l’eau partiellement dépolluée est acheminée vers le second filtre à écoulement horizontal où d’autres types de plantes vont optimiser et finaliser la dépollution de l’eau avant que cette dernière ne soit libérée dans le sol.

Les avantages de ce type d’installation sont qu’elle peut fonctionner toute l’année sans produit chimique. La contrainte est une installation sur un terrain en légère pente, idéalement exposé au soleil. Certains aménagements se font sous forme de massif filtrant, ne nécessitant pas de champ d’épandage ils sont dits compacts.

100% autonome avec une microstation d’épuration chez vous

La mise en place d’une microstation d’épuration reprend à petite échelle le fonctionnement d’une station d’épuration classique. Les eaux usées vont successivement passer via 3 étapes de traitement. La première est une étape de décantation, la seconde est une étape de réaction et enfin la troisième est une période de clarification. Au terme de ces trois étapes, l’eau qui ressort est dépolluée, on parle alors d’eau épurée.

L’avantage d’une microstation est son faible encombrement au sol, environ 5m². La contrainte principale réside dans la nécessité de « nourrir » les bactéries pour qu’elles reprennent leur processus de digestion si vous vous absentez plusieurs semaines.

Combien coûte un système d’assainissement individuel ?

Le coût de la mise en place d’un système d’assainissement individuel comporte des parts fixes, quel que soit le système d’assainissement retenu, et une part variable qui va dépendre de la technique d'assainissement choisie.

Une étude des sols est parfois nécessaire avant l’implantation d’ANC, à voir selon la réglementation de la commune, cette étude coûte entre 500 et 2000€.

Le montage du dossier pour le SPANC quant à lui coûte entre 50 et 200€.

La pose d’une fosse nue est d’environ 700€, quant à une installation complète il faudra compter entre 5000 et 10 000€ en fonction de son dimensionnement et du terrain dans lequel elle va s’implanter.

Assainissement non-collectif, dans quels cas est-ce obligatoire ?

La mise en place d’un assainissement non collectif est obligatoire dès lors qu’une maison ou un bâtiment professionnel ne peut pas être raccordé au tout à l’égout.

A quel professionnel faire appel pour installer son système d’assainissement ?

De nombreuses entreprises sont spécialisées dans la mise en place et l’entretien de systèmes d’assainissement. La mise en place d’une fosse toutes eaux doit être faite par un artisan agréé ou par une antenne locale du SPANC. Certains professionnels du bâtiment de type maçon ou terrassement peuvent avoir les compétences et les agréments nécessaires pour une installation en bonne et due forme.

Les entreprises spécialisées dans l’entretien et la maintenance de ces systèmes sont des entreprises de VRD autrement appelées voirie et réseaux divers.

Trustpilot