Une envie de changement dans votre habitation ? La rénovation de votre salle de bain ou de votre cuisine, le ré-aménagement de votre espace intérieur ou encore la rénovation complète de votre appartement peut vous permettre de vous sentir mieux dans votre logement. La question qui se pose maintenant : comment financer son projet ?

 

1. Comment fonctionnent les prêts travaux ?

De plus en plus de personnes effectuent des travaux chez eux que ce soit pour rénover une pièce ou dans le but de réaliser des économies d’énergie tout en faisant un geste pour la planète.
Les banques et établissements de crédit proposent des accompagnements financiers comme par exemple le prêt travaux de Younited Credit. Ces accompagnements financiers sont le plus souvent sous la forme :

  • d’un prêt personnel non affecté (ce qui signifie que le prêt n’est pas affecté à un projet précis et permet de financer ce que l’on souhaite) ou
  • d’un crédit affecté (qui lui, est destiné à financer un projet précis). Ils sont attribués sur les mêmes bases que le reste des prêts, c’est-à-dire sur les besoins et les capacités de remboursement de l’emprunteur.

Le prêt travaux est en réalité une sous-catégorie du prêt à la consommation et existe donc sous diverses formes :

  • Le prêt personnel non affecté : Il est réservé la plupart du temps à ceux souhaitant effectuer eux-mêmes les travaux car aucune facture n’est réclamée et le déblocage des fonds est rapide. Son taux est généralement moins élevé car il n’y a pas de frais de dossier ou de garanties particulières à fournir.
  • Le crédit affecté : comme son nom l’indique c’est un crédit destiné à un projet bien précis, si le projet concerne des travaux c’est alors un crédit affecté à la réalisation de ces travaux. L’établissement de crédit est en droit de réclamer les justificatifs utilisés pour les travaux. En contrepartie, le crédit affecté du particulier est moins onéreux (taux d’intérêt plus faible). Le crédit affecté est aussi plus sécurisé qu’un prêt personnel ; c’est-à-dire qu’il est possible de résilier le contrat travaux avec l’artisan, si ce dernier ne respecte pas ses engagements.
  • Le crédit renouvelable : la dernière solution est celle du crédit renouvelable, c’est une somme d’argent disponible que l’emprunteur utilise à sa guise et dont il rembourse les montants consommés mais attention, c’est un prêt qui coûte cher.

Enfin il est important de préciser que le prêt travaux est soumis aux mêmes règles que le crédit à la consommation, son plafond est de 75 000€ et le délai de rétractation est de 14 jours.

 

2. Les différents prêts travaux aidés

Il existe plusieurs prêts travaux dont certains sont soutenus par l’Etat avec des taux réduits ou nuls dont l’obtention est conditionnée. Certains sont destinés aux ménages avec des faibles revenus et d’autres ont pour but de favoriser la transition énergétique.

On trouve tout d’abord les prêts dédiés comme le PAS (Prêt d’Accession Sociale) qui sont attribués sur des critères sociaux dont le principal critère est le total des revenus du ménage qui doit être inférieur au plafond fixé, ce plafond dépendant de la taille de son ménage et de sa zone géographique. Le PAS finance des travaux d’économie d’énergie pour un montant minimum de 4 000€, comme la pose de panneaux solaires ou l’installation de double vitrage.

Toujours pour ceux ayant un faible revenu, le prêt amélioration de l’habitat est un prêt entre 1 000 et 7 500 euros à rembourser sur 12 à 78 mois.

Ensuite, l’éco prêt à taux zéro est un prêt accordé sans intérêt aux propriétaires d’un logement datant d’avant 1990. Son but est d’inciter à la rénovation énergétique et son plafond est fixé à 30 000 euros.

Le prêt de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat) est là pour financer des travaux effectués dans une résidence ayant plus de 15 ans et dont le montant des travaux est supérieur à 1 500 euros. En revanche, il faut occuper le logement pendant au moins 6 ans et les travaux éligibles doivent porter sur l’amélioration énergétique, de la sécurité du logement ou encore l’adaptation à des personnes handicapées.

Enfin, le prêt pass-travaux est distribué par le biais de l’impôt 1% Logement. C’est un prêt accordé uniquement aux salariés et anciens salariés du secteur privé et qui sont aussi propriétaires de résidences principales. Le prêt pass-travaux concerne des travaux d’embellissement, d’extension ou de rénovation.

 

3. Inclure son prêt travaux dans son prêt immobilier est une solution possible

Lors de l’achat d’un bien immobilier, on peut souhaiter rafraîchir ou rénover son logement et le coût des travaux peut être directement inclus dans le montant du prêt immobilier.

Cette solution permet de ne pas devoir souscrire à un prêt à la consommation pour ses travaux, ce dernier étant plus coûteux car les taux d’intérêt sont plus élevés que sur un prêt immobilier.

Le principal problème de cette solution est la capacité d’endettement de l’emprunteur qui est la même avec travaux ou non ; il faut rester vigilant sur le capital dédié à l’acquisition du logement.

En conclusion, le plus intéressant en termes de coût du crédit est d’inclure son budget travaux dans son prêt immobilier lorsque cela est possible. De plus, il faut penser à vérifier les différents prêts travaux aidés qui sont disponibles pour sa propre situation afin de financer son projet dans les meilleures conditions.