Bien isoler et refaire la toiture de votre maison

Votre toit assure la protection de votre maison contre toutes les agressions extérieures. Oui, mais sans une bonne isolation de votre toiture, sa mission pourrait bien s’arrêter là ! Pour ne plus chauffer les oiseaux et conserver la chaleur de votre foyer, la réalisation de travaux d’isolation devient donc une priorité !

Comment refaire son isolation de toiture ?

Si votre laine de verre est ancienne, il est fort probable qu’elle soit inefficace. D’autant plus que les matériaux actuels ont beaucoup évolué en matière de performance ! Aujourd’hui, une importance toute particulière est donnée à l’étanchéité à l’air.

Comment isoler sa toiture par l'intérieur ?

Pour optimiser l’isolation thermique de votre toiture, l’idéal est de repartir sur une base saine, en déposant le plafond existant. Ainsi, vous pourrez également vérifier l’état de la charpente et l’absence d’insectes xylophages. L’épaisseur des chevrons (de 15 cm en moyenne) n’est généralement pas suffisante pour isoler en une seule couche. C’est pourquoi la méthode en deux couches croisées offre un bien meilleur résultat.

Pour isoler sa toiture de A à Z, voici les étapes à suivre :

  1. Fixer sur les chevrons les suspentes de rails à placoplâtre ou les équerres pour l’ossature bois, selon la finition souhaitée.
  2. Placer l’isolation en sous-toiture entre les chevrons, contre la protection “pare-pluie”.
  3. Clipser les rails sur les suspentes ou visser les tasseaux de bois sur les équerres. Attention, la structure doit être perpendiculaire aux poutres pour croiser la première couche. Cela permet de limiter au maximum les ponts thermiques.
  4. Positionner la deuxième couche d’isolant en prenant appui sur l’ossature.
  5. Installer un pare-vapeur en veillant à ce qu’il soit toujours continu, parfaitement raccordé et scotché.
  6. Fixer le placo ou le lambris.

Vous pouvez également conserver votre plafond s’il est en bon état et si vous souhaitez limiter l’ampleur des travaux. Il suffira alors d’y fixer un isolant rigide (de type polystyrène ou plaques de liège).

Comment isoler sa toiture par l'extérieur ?

Votre toiture n’est pas équipée d’un pare-pluie ? Vous ne souhaitez pas perdre de surface habitable ? Dans ce cas, vous pouvez effectuer une isolation de la toiture par l’extérieur (sarking). Si vos tuiles sont encore en bon état et toujours étanches, elles sont réutilisables. Toutefois, si vous confiez vos travaux à un professionnel, il est possible que vous n’y voyiez pas de différence de prix. En effet, dans le premier cas, les tuiles sont jetées depuis le toit dans une benne au pied de votre maison. Dans l’autre cas, un soin tout particulier devra être apporté dans la manutention et ce temps vous sera facturé.

Une fois la charpente mise à nue, voici les étapes à respecter :

  1. Fixer un panneau de bois (en contreplaqué, par exemple) sur les chevrons existants.
  2. Poser le pare-vapeur scotché, sans discontinuité.
  3. Installer l’isolant rigide.
  4. Fixer le pare-pluie
  5. Latter et contre-latter pour laisser une circulation d’air ventilé de 2 cm minimum.
  6. Couvrir le toit de tuiles.

Il est possible également d’avoir recours à un panneau sandwich isolant pour toiture. Celui-ci intègre le pare-vapeur, l’isolant et le pare-pluie et se pose directement sur les chevrons.

Quel est le meilleur isolant pour toiture ?

Il faut éviter que l’isolation de votre toiture ne se tasse avec le temps. C’est pourquoi celui-ci devra être suffisamment dense. Aussi, chaque produit comporte des propriétés spécifiques permettant d’isoler contre le froid, le chaud ou pour effectuer une protection phonique isolante.

Choix du matériau

Le choix de l’isolant dépend de votre objectif :

  1. Vous recherchez le meilleur rapport qualité/prix ? La laine de verre est le produit le plus économique. C’est également un bon isolant pour l’hiver et un bon protecteur contre les bruits extérieurs.
  2. Vous voulez la meilleure protection possible dans un minimum de place ? Les panneaux compressés de polystyrène et de polyuréthane sont actuellement les plus efficaces pour éviter les pertes de chaleur en hiver.
  3. Vous souhaitez un isolant tout-en-un ? Les matériaux biosourcés sont les seuls à pouvoir vous assurer le même niveau de performance été, hiver et phonique.

Attention, le recours à un isolant mince pour votre toiture, utilisé seul, n’est pas suffisant pour réduire significativement les déperditions. Il doit toujours être complété avec un autre de 20 cm minimum. Toutefois, utilisé en isolation de toiture de garage, il peut tout de même vous permettre de gagner quelques degrés en hiver et été.

Coût des différents matériaux

Le prix des travaux varie selon la méthode de pose et l’isolant. Ainsi, il faut compter de 50 à 90 € par m² pour une isolation de rampants en sous-toiture, alors que le prix de l’isolation par l'extérieur peut atteindre de 100 à 240 € par m² (poses comprises).

Les prix des isolants en détail :

  • De 8 à 25 € par m² pour une laine minérale (laine de verre ou de roche) ;
  • De 20 à 60 € par m² pour du synthétique (polystyrène, polyuréthane) ;
  • De 25 à 40 € par m² pour une fibre de bois ou de chanvre.

Epaisseur de l'isolant toiture

N’ayez pas peur de maximiser l’épaisseur d’isolation de votre toit. La chaleur monte naturellement, c’est pourquoi il faut la stopper à ce niveau. D’un point de vue réglementaire, ce type de travaux est encadré par l’arrêté du 3 mai 2007 (Réglementation thermique “élément par élément”). Ce qui signifie que votre rénovation doit respecter une résistance thermique minimale de 4 m²K/W (soit entre 10 à 16 cm). Toutefois, cette performance est bien en deçà de ce qui est exigé pour une maison à basse consommation d’énergie (BBC). Pour réduire votre facture d’énergie et pour obtenir des aides financières, la résistance thermique doit être supérieure à 6 m²K/W (soit entre 20 à 25 cm).

Aides disponibles à la rénovation énergétique

De nombreuses aides financières existent pour votre isolation de toiture.

Les aides disponibles sous conditions de ressources :

  • Les aides du programme “Habiter Mieux” : de 35 à 60 % de subventions sur le coût de l’isolation (hors couverture et gros œuvre, plafonné à 20 000 €HT). Vous êtes accompagné par un opérateur-conseil et devez réaliser au moins 25 % de gain énergétique ;
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : avec une prime de 10 à 15 € par m² d’isolant posé. Cette aide concerne les revenus les élevés (déciles 9 et 10) ;
  • Les aides d’Action Logement : avec une prise en charge complète, dans la limite de 20 000 € de travaux. Vous pouvez également contracter un prêt complémentaire de 30 000 € à 1 %. Cette aide ne concerne que les salariés d’une entreprise privée.

Ouvertes à tous, mais dont le montant varie selon vos revenus :

  • MaPrimeRénov’ : prime de 7 à 25 € par m² selon la surface ;
  • Certificats d’économies d’énergie (CEE) : de 1 000 à 2 500 € sous la forme d’une prime, de bons d’achat ou de conseils.

Sans condition de ressources :

  • Éco PTZ : prêt à taux zéro de 15 000 € pour une action et jusqu’à 30 000 € pour trois travaux ;
  • TVA à 5,5 %, sur le prix du matériel et de la pose ;
  • Aides des collectivités, des caisses de retraite, des mutuelles ou des associations (anciens combattants, par exemple).
Trustpilot