Comment procéder à l’isolation de combles aménagés ?

L’isolation des combles aménagés est une étape cruciale d’un projet de rénovation de grenier. Découvrez les techniques et les matériaux qui assurent votre confort thermique et contribuent à réduire vos factures de chauffage.

Vous souhaitez augmenter votre surface habitable ? Vous disposez d’une charpente traditionnelle et vous avez le projet de rénover le dernier étage de la maison ? Découvrez tout sur l’isolation de combles aménagés : isolant, type de pose, nombre de couches, etc.

Que sont des combles aménagés ?

On appelle combles aménagés ou aménageables les pièces à vivre au dernier étage de la maison, sous la charpente. Ils se caractérisent par une toiture inclinée. Si les lieux offrent un cachet tout particulier pour l’installation d’une chambre ou d’un bureau, il convient avant toute chose de procéder à leur isolation. Cette étape indispensable permet de rendre le grenier habitable et tout aussi confortable que les autres pièces de l’habitation.

Grâce à l’isolation, la toiture est renforcée. Étanche à l’air et à l’humidité, elle résiste aux ponts thermiques, les fameux courants d’air. Outre le confort, ce processus offre des avantages financiers certains. Une maison isolée et étanche permet de réduire significativement les consommations d’énergie et, par conséquent, de réaliser des économies financières substantielles. On estime en moyenne que pour 1€ investi dans l’isolation, 7€ sont économisés sur le long terme en chauffage et climatisation.

L’isolation de combles aménagés en 5 étapes

La structure de la charpente, la surface habitable et la zone géographique déterminent le choix d’une technique d’isolation de combles aménagés et d’un isolant. Notez que la réglementation thermique RT 2012 divise le territoire français en 8 zones climatiques, des plus froides aux plus chaudes, indiquant pour chacune des valeurs d’isolation. On retient simplement que plus l’isolant est épais, plus il est performant. La mesure de cette performance est exprimée en résistance thermique : R (en m2.K/W).

Objectifs de l’opération : rendre l’espace habitable et confortable, par l’aménagement du grenier. Et aussi diminuer considérablement sa consommation énergétique.

1. Inspection de la charpente

Avant de commencer votre chantier, vérifiez l’état de la charpente. Recherchez d’éventuelles moisissures et autres traces de contamination. Si le bois semble affaibli, vous devrez commencer par un traitement de fond, par imprégnation. Il est nécessaire aussi de renforcer les chevrons abîmés en posant de nouvelles pièces de section. Si la charpente est saine, un traitement de surface par pulvérisation est suffisant.

2. Fixation des suspentes

Les suspentes se fixent sur les chevrons, afin de maintenir la ou les couches d’isolant. Elles sont utilisées avec les laines minérales et naturelles. Si vous optez pour une isolation de combles aménagés en panneaux polystyrène, ceux-ci se posent directement sur la face antérieure des chevrons. Alignez les suspentes sur une corde tendue, espacées de 120 cm en largeur et de 60 cm en hauteur. On estime toutefois que les isolants naturels, en laine de chanvre ou de mouton apportent une meilleure étanchéité à l’air et à l’humidité.

3. Pose de l’isolant

Pour l’isolation des combles, vous avez le choix entre 2 techniques. Si la pièce est assez vaste, une solution monocouche est retenue. Attention toutefois, car cette méthode envahit pas mal d’espace. Simple et rapide, il suffit d’installer l’isolant entre les chevrons. Si les combles sont étroits, on préférera une solution bicouche : la première est insérée entre les chevrons et la seconde la recouvre. Seule cette dernière empiète sur l’espace habitable. Plus performante, cette technique est aussi plus complexe. Il convient en effet d’assurer une lame d’air entre les couches pour éviter l’humidité et l’apparition de moisissures. Lorsque les rampants sont isolés, on recouvre enfin les jonctions d’un ruban adhésif spécial.

Il existe également une 3ème option, qui permet de ne pas empiéter du tout sur le volume vivable, c’est la méthode du sarking, ou l’isolation par l’extérieur. Cette technique est surtout envisagée si vous prévoyez d’effectuer des réparations sur la toiture ou une intervention sur la charpente.

4. Mise en place de rails

Pour vos combles aménagés, vous envisagez probablement une finition en plaques de plâtre. Il est donc nécessaire de fixer des montants ou fourrures, sur lesquels les cloisons viendront s’emboîter.

5. Implantation des finitions

Commencez par positionner les plaques de plâtre sur les fourrures, à l’aide de vis auto foreuses, à 15 cm des bords environ. Passez une couche d’enduit à joints sur les creux et les extrémités. Laissez sécher avant de repasser une seconde fois. Lissez soigneusement l’ouvrage, avant de poncer, peindre ou tapisser. L’isolation de vos combles aménageables est à présent terminée. Vous pouvez passer à la suite des travaux : électricité, fenêtres, chauffage mais aussi choix de meubles adaptés et pose d’un nouvel escalier.

Trustpilot