Comment aménager une salle de bains pour une personne handicapée ?

Désolé, Renovation Man n'intervient pas (encore) dans cette zone...

Certains aménagements de salle de bain s’avèrent nécessaires pour rendre la pièce d’eau accessible et plus sécurisée à une personne handicapée ou à mobilité réduite (PMR). Cela lui permettra également de conserver plus d’autonomie.

Salle de bain PMR : les questions à se poser pour faire un choix éclairé

Avant de procéder à l’aménagement de la salle de bains pour une personne handicapée, il est recommandé de se poser les questions suivantes : S’agit-il d’un enfant, d’un adulte ou bien d’une personne âgée ? La personne est-elle en fauteuil roulant ? Quels sont ses besoins de confort ? Cette personne vit-elle seule ou reçoit-elle l’aide d’aidants ?

La réponse à ces questions vous aidera à choisir de manière plus adéquate le type d’équipements qui convient à la salle de bain de la personne handicapée concernée.

Quels sont les équipements de base d’une salle de bain à sécuriser en priorité ?

La baignoire et la douche sont les équipements à modifier en premier pour assurer une meilleure sécurité et une meilleure accessibilité à la personne handicapée. Une douche au niveau du sol sans marche, comme le modèle à l’italienne, constitue le meilleur choix, surtout si vous y ajoutez un banc de douche stable et des barres de maintien fixées au mur (et ce, tant pour la personne handicapée que pour ses aidants) ; certains sièges sont pivotants et rabattables, ce qui est encore plus pratique. Quant à la baignoire, le modèle à porte vitrée et étanche constitue une autre option intéressante, si elle ne comporte pas de marche à franchir.

L’ajout d’un tapis antidérapant posé sur le receveur de la douche ou au fond du bain est essentiel, si le sol de ces éléments ne comporte pas de fini anti-glissement.
N’oubliez pas que la présence dans la salle de bain d’installations électriques et d’eau, le carrelage de la salle de bain ou autres matériaux de sol glissants – ou une salle de bains exiguë – comportent plus de risques de chute et autres accidents pour une personne handicapée ou à mobilité réduite (PMR).

Sachez aussi qu’un revêtement de sol glissant est une source d’accident fréquent. Prévoyez de remplacer les sols par des revêtements antidérapants (yc dans la douche).
Exigez des revêtements qui respectent les normes de glissance actuelle (R10 par exemple pour les pieds chaussés).

Adapter les WC à la personne handicapée ou PMR

Pour une personne en fauteuil roulant, il faudra prévoir une porte s’ouvrant vers l’extérieur et dont le cercle de giration est, idéalement, de 1,70 m.
Pour contrer les risques de chute d’une personne handicapée, il sera avisé de surélever la cuvette des WC avec un rehausseur. Il existe aussi des cuvettes de WC à hauteur variable (avec ou sans accoudoirs), dont certains modèles sont suspendus, équipés ou non d’un système électrique.
Il est toujours plus prudent d’installer des barres de maintien, fixées solidement au mur, près des WC, pour aider la personne à s’asseoir et à se relever.

Un lavabo idéal pour la personne handicapée ou PMR

Le choix du lavabo pour personne à mobilité réduite doit être fait en fonction du degré de mobilité de l’utilisateur. A titre d’exemple, un lavabo de salle de bain avec meuble en dessous ne conviendrait pas à une personne en fauteuil roulant (ou une PMR). Un lavabo de type ergonomique, peu profond et dont la découpe frôle le corps, s’avère un très bon choix, car il permet à la personne qui l’utilise de s’asseoir devant. La norme idéale pour les PMR est de le placer 67 cm au-dessus du sol. Vous trouverez dans le commerce différents modèles de lavabos à hauteur ajustable pour votre salle de bain ; ils sont plus onéreux, mais facilitent notablement l’accès à un handicapé.

Pour éviter les risques de brûlures et rendre le robinet plus accessible, il serait judicieux d’installer aussi un mitigeur opto-électrique ou encore un modèle à levier démultiplié. Certains mitigeurs sont équipés de fonction « anti-brûlure » et ne délivrent de l’eau qu’à une température maximale déterminée.

Des accessoires sanitaires dans la salle de bain pour PMR

En installant un pare-douche, vous préserverez l’intimité de cet espace de la salle de bains pour l’utilisateur, et éviterez les éclaboussures sur le sol qui le rendent plus glissant. Certains modèles de pare-douche s’installent à mi-hauteur (750 et 900 mm), ce qui permet à un aidant d’aider la personne handicapée pendant sa toilette. Si vous préférez conserver dans votre salle de bain votre baignoire classique, il existe plusieurs solutions pour l’adapter à une personne handicapée ou une PMR. Par exemple, en ajoutant un siège de bain fixé, une chaise de bain, une planche de bain stable, un l’élévateur de bain (électrique), et des poignées d’accès à la baignoire. Ce sont des accessoires utiles pour apporter plus de stabilité et de confort à la personne handicapée pendant sa toilette.

Remarque : il est préférable d’installer des barres d’appui de couleur différente que celles des murs de la salle de bain. On perd souvent de l’acuité visuelle avec l’âge.

Quels coûts pour aménager une salle de bains pour handicapé ?

Il faut savoir que certains facteurs font varier les prix des matériaux de la salle de bain et de leur installation :

  • La construction de la salle de bains elle-même
  • Les dimensions de la pièce
  • Les caractéristiques des équipements et accessoires de sécurité à installer
  • Les exigences de la personne handicapée concernée
  • Le type de finition que vous préférez (texture, couleur, revêtement…)

Pour une douche plain-pied (aussi appelée « douche italienne »), il faut prévoir entre 1 500 et 9 000 € pour les matériaux et 300 € et plus pour la pose effectuée par un professionnel.
Pour une baignoire à porte, le prix TTC se situe entre 2 500 et 6 000 €, dépendant du modèle et du format ; pour son installation, il faut ajouter 350 € et plus.
Un changement de WC vous coûtera entre 50 et 250 € et son installation, 100 € et plus.
Pour l’ajout d’un rehausseur, prévoyez entre 50 et 250 € en fonction du modèle (avec accoudoirs, barres d’appui intégrées…).

Barres de sécurité : il en existe une vaste gamme allant de 10 € à 250 €. Plusieurs modèles sont simples à fixer, mais les produits plus sophistiqués devront être installés par un artisan agréé (entre 80 et 100 €).

Par ailleurs, nous vous recommandons de vous informer auprès de la Maison Départementale des Personnes handicapées (MDPH) de votre département, et de l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat), pour savoir quelles sont les subventions et les aides auxquelles vous pourriez avoir droit. Sachez que pour bénéficier de ces aides financières, il faut que les travaux soient pris en charge par des artisans agréés ; Renovation Man travaille avec des artisans disposant de la marque Handibat, garant de travaux de rénovation réussis.

Dans certains cas, vous pourrez faire intervenir un ergothérapeute qui pourra vous conseiller et vous aider à concevoir votre salle de bain en vous présentant les équipements les plus adaptés. Cette intervention peut aussi être prise en charge.